Poursuivre la pratique de la musique lorsque l’on est sorti des lieux de son apprentissage peut vite se heurter à de multiples contraintes : disposer d’un instrument, d’un répertoire, d’un lieu de répétition, d’un réseau, de projets motivants d’exposition du travail ... les raisons de l’abandon ne manquent pas ! Ainsi, malgré une formation initiale parfois poussée, nombre de Havrais renoncent à la pratique instrumentale ou vocale faute  de partenaires, de ressources matérielles et/ou logistiques, parfois également de temps. Vibrer au Havre se propose de faciliter la poursuite d’une pratique, de la rendre possible sans nécessairement l’organiser, parfois sur le modèle des rencontres spontanées issues des réseaux sociaux.

Des initiatives clés

Créer un site interactif Vibrer au Havre à l’usage des professionnels et des amateurs avec des espaces de rencontres entre musiciens, artistes, pédagogues et prestataires spécialisés, réservation de salles de répétitions, suivis d’évènements et manifestations musicales.

Installer une quinzaine de pianos droits dans la ville. Placés dans des espaces publics, destinés à la fois à favoriser le travail de proximité, mais également à encourager la décentralisation des concerts, ils incarneront la volonté de la Ville de placer la musique au cœur des quartiers. Une concertation est en cours afin de déterminer, sur les quatre années à venir, les lieux jugés les plus pertinents.

Proposer  un  cycle  de  productions  musicales  éphémères. Des projets  éphémères seront proposés chaque trimestre sur le mode participatif, avec un appel à projets afin de permettre l’accueil de volontaires ne pouvant s’engager dans la vie d’un groupe « à l’année », Seules  contraintes, et sur la base de prérequis propres à chacun des projets, s’engager à participer à la dizaine de répétitions que le montage de chaque projet requiert et être présent à la manifestation de présentation publique finale.

Développer les chœurs et orchestres à l’école. Des expériences innovantes (dispositifs  DEMOS,  Orchestre  à  l’École...) montrent qu’il est possible de pratiquer autrement avec les plus jeunes, sans nécessairement passer par la case « École de Musique ». Ces ensembles d’une trentaine d’enfants, encadrés par des professionnels, en lien avec l’Éducation Nationale, offrent en général sur une durée de deux à trois années, une expérience irremplaçable de pratique musicale vivante, permettant par ailleurs un véritable brassage social, servant par ailleurs à quelques-uns de tremplin vers une structure d’enseignement musical.

Constituer un parc instrumental spécifique. Le montage de certains projets musicaux se heurte parfois à l’absence d’instruments adaptés ou dont le coût pour une utilisation ponctuelle est incompatible avec une acquisition personnelle. Dans le domaine notamment des percussions, des instruments graves, des instruments rares ou des instruments destinés aux orchestres à l’école ainsi qu’aux projets éphémères, la  mise en place d’un parc adapté facilitera et accompagnera la réalisation de nombreux projets.

Accompagner le développement de lieux de répétition. L’absence de  local pour répéter constitue souvent la cause principale d’abandon d’une pratique musicale, du groupe de jazz au grand ensemble vocal. Après un inventaire exhaustif de l’existant (que l’on retrouvera sur le site internet Vibrer  au Havre), il conviendra de trouver chaque année de nouveaux lieux complémentaires propres à accompagner le désir de musique des Havrais.

Mais aussi...

Développer une partothèque pour les instrumentistes et chanteurs à la recherche de partitions. Un tel espace de ressources facilitera le montage de petits ensembles autonomes (du trio à l’octuor) en même temps qu’il offrira des ressources aux grands ensembles vocaux et instrumentaux dont Vibrer au Havre se propose de vivifier et d’accompagner les pratiques. Par la politique d’acquisition qu’il mettra  en œuvre, ce lieu de rencontres accompagnera notamment le souhait de remettre la musique plus fréquemment dans l’espace public.

Développer de nouveaux types d’ensembles musicaux. La vitalité musicale d’un territoire se mesure notamment à la diversité des formations qui l’animent. Vibrer au Havre se donnant comme objectif de mettre la musique au cœur de la vie quotidienne des Havrais, il apparaît  important - aux côtés des ensembles déjà existants - de susciter la création d’ensembles spécifiques dont la finalité, l’esprit ainsi que les espaces naturels de diffusion seraient propres à remplir cette mission : chœur de plein air, fanfare des beaux-arts, steel-drum... autant de groupes susceptibles de faire souffler un esprit durablement festif sur la ville !

Valoriser les pratiques chorales. On chante beaucoup au Havre et les pratiques vocales amateurs y sont assez présentes. Elles gagneraient cependant à une meilleure exposition, à la mise en place d’un  authentique plan de formation ainsi qu’à la création d’un événement fédérateur qui en soulignerait la vitalité. Ce sera d’ailleurs l’un des objectifs du temps fort « Les enchant’Heures » (voir
la rubrique « écouter »).

Installer une platine de mixage en plein air. Le mixage est devenu une forme de pratique musicale très élaborée, intéressant particulièrement le public jeune. Sur un modèle notamment développé dans les pays scandinaves, il s’agit d’installer un mobilier urbain que l’on s’approprie à partir d’une application sur smartphone. Robuste, pérenne, originale, cette installation complète les initiatives déjà prises en termes de sports de glisse et de graffiti tout en offrant un nouvel espace de convivialité et de rencontre.

Décliner un projet « Playing for change ». Ce dispositif consiste à réaliser des clips musicaux largement  diffusables, notamment  sur  les  réseaux  sociaux, auxquels participeraient amateurs et professionnels de  tous les quartiers du Havre, jeunes et seniors, ainsi que des musiciens expatriés, voire des têtes d’affiche, exprimant le côté universel, généreux et fédérateur de l’acte musical. Chaque trimestre, un titre   servirait d’outil fédérateur à la communauté musicale havraise.